La fête de Songkran est célébrée chaque année du 13 au 15 avril. C’est l’une des fêtes les plus importantes de Thaïlande. Elle est aujourd’hui associée à de gigantesques batailles d’eau, que les Thaïlandais partagent dans la joie en famille, entre amis, mais aussi avec tous ceux qu’ils croisent.

Il n’est pas toujours aisé d’échapper à cette bataille d’eau nationale lorsque les pick-up (chargés de bidons d’eau), les passants (munis de seaux d’eau) mais aussi les éléphants (munis de leurs trompes) se mettent de la partie.

Ces derniers réalisent leur propre parade parés de somptueuses peintures traditionnelles et de soieries.

Il serait toutefois dommage d’assimiler cette fête de Songkran uniquement à une histoire d’eaux sans s’interroger sur son origine et sa signification.

En 1360, le roi Ramathibodi fit venir de Ceylan une communauté de bouddhistes pour établir et propager le bouddhisme à travers tout le royaume.

Le mot Songkran vient d’un mot sanskrit indien : Samkranti qui signifie littéralement « Passage astrologique » et désigne la « transformation » ou le « changement » c’est-à-dire le passage de l’ancienne à la nouvelle année.

Pour symboliser cette transformation, les moines font couler de l’eau sur des statues de Bouddha depuis les épaules jusqu’aux pieds.

Songkran étant désormais une période de vacances nationales (grandes vacances scolaires et fermeture des administrations pendant 5 jours) traditionnellement, les Thaïlandais rentrent dans leur famille et, revenant ainsi à leurs racines, font acte de respect envers leurs aînés en leur versant un peu d’eau parfumée sur les mains pour leur exprimer de la gratitude et pour leur souhaiter une bonne santé.

Les parents ou les grands-parents quant à eux versent de l’eau sur leurs enfants.

L’eau lave des péchés, de la malchance et des choses négatives de l’année qui se termine afin de repartir sur une année sereine et positive.

Il est difficile de ne pas remarquer une analogie avec la fête de Loy Kratong célébrée chaque année lors de la pleine lune du 12ème mois du calendrier thaï lunaire traditionnel. Au cours de cette fête et dans la nuit de pleine lune de petits radeaux, taillés dans un tronc de bananier et composés de fleurs, de bougies, et de trois bâtons d’encens, sont lâchés au bord de la plage, d’une rivière, d’un canal, d’un lac ou d’un bassin.

Le lâcher de Kratongs sur une surface d’eau symbolise, comme l’aspersion d’eau à Songkran, l’abandon des rancunes, colères et souillures afin de pouvoir repartir d’un bon pied.

Tout comme Songkran, cette fête a également ses origines en Inde. Elle est issue de la fête hindoue de Divali, durant laquelle la déesse du Gange est remerciée par des lanternes flottantes pour avoir dispensé la vie tout au long de l’année.

Et également, comme nous autres occidentaux le faisons lors du nouvel an du 31 décembre, Loy Kratong est l’occasion de prendre de nouvelles résolutions.

Il convient enfin de faire un rapprochement entre cette fête de l’eau où les occasions de se doucher à moindre frais sont si nombreuses et la météorologie du pays.

Songkran se situant en effet dans le mois le plus chaud de l’année en Thaïlande, soit pendant la période de repos qui s’étend de la saison de la récolte à celle des plantations, appelle aussi au respect de l’eau, l’élément le plus important dans la culture agricole de la Thaïlande.

Alors, subissons avec bonne humeur ces douches et jets d’eaux spontanés bien que parfois intempestifs, et souhaitons à tous nos amis thaïlandais un heureux Songkran.

 

Un commentaire

  1. LEGRAND Christian 15 mai 2018 at 14:29

    Un tres bon resume interessant au sujet de cette fete.

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *